Haters, E.sy Kennenga

Si je devais décrire cette vie en noir et blanc

Je commencerais par vous dire à quel point les gens sont méchants

La famille pour la vie,  les camarades pour un temps

On est cerné d’hypocrites avec des visages souriants

Ouais, il y a ceux, qui se prennent pour Dieu

Ceux qui préfèrent qu’on pense pour eux

Ceux qui jouent les courageux mais au fond sont les plus peureux

Et puis il y a les rageux, les haineux

Ils ont des gueules d’ange et un feu démoniaque dans les yeux

Mais c’est curieux

 

On guette les haters à l’extérieur mais viennent souvent de l’intérieur

En quête d’un pouvoir sans valeur peut être qu’ils se sentent inférieurs

Nos malheurs font leurs bonheurs

Ils t’enfoncent pour se sentir meilleurs

On guette les haters à l’extérieur mais viennent souvent de l’intérieur

 

Ouais, plus j’y pense et plus je me dis

Et si au fond, les haters étaient la matérialisation

De mes propres peurs

Un genre d’excuse bidon

Ouais, une bonne explication de mes échecs, mes abandons

Pour justifier le fait que je ne passe pas à l’action

Et si en fait,

C’est ma façon de réagir qui rend les choses concrètes

Les chiens prennent de l’importance, si la caravane s’arrête

Les choses changent selon la façon dont je les interprète

Et si ce n’était que dans ma tête

Car techniquement

Personne ne pourrait me stopper,

Sans mon consentement

Bien évidemment sauf si le Tout Puissant en décide autrement

À moi de voir ce qui est ou ce qui n’est pas important

Si je sais vraiment ce que je veux, je ferai preuve de discernement

Personne ne pourrait me stopper, sans mon consentement

Bien évidemment sauf si le Tout Puissant en décide autrement

À moi de voir ce qui est ou ce qui n’est pas important

Si je sais vraiment ce que je veux, je ferai preuve de discernement

 

On guette les haters à l’extérieur mais viennent souvent de l’intérieur

En quête d’un pouvoir sans valeur peut être qu’ils se sentent inférieurs

Nos malheurs font leurs bonheurs

Ils t’enfoncent pour se sentir meilleurs

On guette les haters à l’extérieur mais viennent souvent de l’intérieur

 

Et si jamais effectivement ils existaient

Je suis celui qui leurs donnent la force de nuire à ce qui me plaît

Ils n’ont pas mon attention

Leur agitation n’a aucun effet

Sur ma détermination, ma concentration, sur ce que je fais

Haters, auto-Saboteur

Je croise le mien tous les matins dans le miroir de ma salle de bain

 

On guette les haters à l’extérieur mais viennent souvent de l’intérieur

En quête d’un pouvoir sans valeur peut être qu’ils se sentent inférieurs

Nos malheurs font leurs bonheurs

Ils t’enfoncent pour se sentir meilleurs

On guette les haters à l’extérieur mais viennent souvent de l’intérieur

 

Sans mon consentement

En décide autrement

Ce qui est, ce qui n’est pas important

Je ferai preuve de discernement

 

 

A / C : Laurent Germain

E.sy Kennenga, Carnet de voyage d’un solda lanmou (Chapitre 1), BCaribbean, 2016

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.